Fraîchement recruté par la marque courant février, Cyril Moussilmani, coureur Slalom international, revient sur ce début de saison avorté par le confinement.

 

Compétitions annulées, reportées, entraînements sur l’eau interrompus… Comment vis-tu cette « waiting period » imposée de début de saison ?
C'est vraiment difficile de rester confiné chez soi. Je ne regarde même plus la météo, c'est trop dur. Il y a déjà 4 courses annulées. On ne sait même pas si l'on va commencer les épreuves ou pas. J'essaie de garder la forme physique et bien sûr me faire quelques plaisirs en cuisinant (brioches, gâteaux, burgers maison et quelques petits plats bien bons).

Comment occupes-tu tes journées chez toi, avec ta petite famille ?
J'occupe ma petite famille comme je peux : sports collectifs en famille, danse et bien sûr les devoirs pour la grande (français, anglais, mathématiques, et coloriages). J'ai trouvé un peux de temps pour fabriquer un gréement enfant que j'ai presenté en vidéo sur les réseaux sociaux. Un gréement ultra light pour les premiers bords de ma grande qui ne sait pas encore nager.

Please accept Marketing-Cookies to watch this content.

Comment as-tu adapté ta pratique sportive avec le confinement ?
Je fais une préparation physique générale et quasi tous les soirs, on fait le tour du pâté de maison avec mon lièvre en vélo.

Ta dernière session sur l’eau : c’était quand ?
Ma dernière session était la veille du confinement. Une bonne session avec le sentiment que se sera la dernière avant un moment.

Que feras-tu en priorité lorsque le confinement sera levé ?
Ces derniers temps, le vent était plutôt light (brise marine bon pour le foil), j'espère avoir un bon coup de mistral pour essayer mes nouvelles voiles de vagues dès que le confinement sera fini. Et peut-être faire un "Double" pour me rappeler de bons souvenirs.

A bientôt sur l'eau j'espère !
Cyril

LE CHOIX MATOS DE CYRIL